Loading...
Jean-Emmanuel COMBE2017-05-03T12:30:03+00:00

D’où je viens

L’hypnose de rue avec bienveillance

Lorsque j’ai lancé le concept de la Street Hypnose en France, j’ai souhaité mettre en avant une pratique de l’hypnose décomplexée en allant directement à la rencontre des gens dans la rue, avec un respect et une bienveillance qui sont et resteront je l’espère des lignes directrices dans mon chemin de vie.

Des milliers de gens se sont retrouvés dans mon concept et hypnotisent toutes les semaines dans les rues des grandes villes de la francophonie sous les couleurs de Street Hypnose : Toulouse, Paris, Lyon, Lille, Bruxelles, Genève, Montpellier, Strasbourg et tellement d’autres… Plusieurs centaines de personnes ont revendiqué publiquement leur adhésion à mes valeurs en étant signataires de la charte de déontologie que j’ai mise en place.

En proposant à des inconnus de vivre une extraordinaire aventure à la découverte de la puissance de leur imaginaire, j’ai aussi moi-même beaucoup appris. La rue ne triche pas. La rue ne ment pas. Il n’y a pas de sélection de personnes réceptives en amont. Pour chaque volontaire, il s’agit de réussir à s’adapter pour permettre la meilleure des séances possibles, d’abord pour lui, ensuite pour nous. On ne devient pas hypnotiseur seulement en observant les autres hypnotiser ou en relisant tous les livres consacrés à l’hypnose ad vitam æternam.

Timide, voire introverti depuis l’enfance, j’ai également retrouvé le goût des rencontres impromptues en proposant des séances d’hypnose dans la rue. Je croyais que tout le monde réagirait de manière fuyante et désapprobatrice lorsque je m’afficherai avec une pancarte sur laquelle il est écrit “hypnose gratuite”. Il n’en fut rien. J’ai reçu tellement d’amour dans la rue de la part de parfaits inconnus que je ne reverrais sans doute jamais pour la plupart. C’est grâce à eux si j’en suis là aujourd’hui, à vivre de ma passion. Alors à toutes celles et tous ceux qui ont accepté que je les hypnotise pour faire de moi l’Homme et l’hypnotiseur que je suis devenu, MERCI. Et je m’engage à tout faire pour que cette atmosphère vertueuse perdure au sein de la communauté Street Hypnose, et partout sur mon chemin.

Expérience

Expérience

De la rue à l’hôpital

Lorsque j’ai commencé à diffuser des articles sur mon blog Street Hypnose en 2012, j’avais ma carrière toute tracée. Chef de projet informatique au Cancéropole de Toulouse avec le département d’imagerie médicale comme cœur de métier, j’y suis resté quelques années avant de tout plaquer pour me consacrer exclusivement à ma passion : l’hypnose. Cela a été rendu possible grâce à toutes les demandes de professionnels qui m’ont fait confiance afin que je leur apporte de nouvelles compétences dans leur pratique de l’hypnose. Plus que des clients, je remercie encore mille fois tous ces collaborateurs qui ont transformé mon rêve en réalité.

Olivier Perrot – Association Française de Nouvelle Hypnose

Chaque année, l’AFNH propose à ses stagiaires des modules de spécialisations dans le cadre de ses cursus d’hypnothérapie réservés aux professionnels de santé. J’y anime notamment un module sur deux jours consacré à l’hypnose et la gestion de la douleur aiguë et chronique. Un nouveau module est en cours de préparation sur la communication avec l’inconscient (signaling – écriture automatique). Source

Isabelle Nègre – DU Hypnose & Anesthésie à l’hôpital de Bicêtre

J’ai participé en tant que formateur extérieur au diplôme universitaire “Hypnose et Anesthésie” qui se déroule à la faculté de médecine, université Paris-Sud. J’y ai enseigné les inductions rapides ainsi qu’une redécouverte des phénomènes hypnotiques menant à l’analgésie. Source

Catherine Jeanfavre – Hôpital de Morges

J’ai animé deux jours et demi de formations destinés à perfectionner les personnels médicaux de l’hôpital de Morges dans la prise en charge des douleurs aiguës et chroniques. Nous y avons développé une hypnose moderne permettant des inductions rapides et efficaces en milieu hospitalier, ainsi que l’utilisation d’une communication efficace avec l’inconscient. Source

Dr Marie-Pascale Quirin – médecin réanimateur et hypnothérapeute. Représentante de l’ECH à Bordeaux.

Notre première collaboration avec le Dr Marie Pascale Quirin, médecin réanimateur et hypnothérapeute, remonte à 2014 lorsqu’elle est venue faire ma formation Street Hypnose. Époustouflée, pour reprendre ses mots, elle m’invita en 2015 à la polyclinique de Bordeaux pour former une dizaine de médecins anesthésistes aux techniques de la Street Hypnose. Aujourd’hui encore, nous continuons à construire avec Marie-Pascale des ponts utiles entre l’hypnose ludique et l’hypnose médicale.

Dr François Petit – Clinique de chirurgie esthétique et réparatrice 

A plusieurs reprises, j’ai été invité à proposer mes services au bloc opératoire de la clinique de chirurgie esthétique du Dr François Petit. Mes techniques de gestion de la douleur aiguë ont notamment permis d’obtenir d’excellents résultats dans l’amélioration des anesthésies locales ainsi que dans un accompagnement plus récupérateur des anesthésies générales. Des endormissements sereins, des réveils en douceur, et des paramètres vitaux calmes et tranquilles tout au long des opérations sans réveils intempestifs.

La Street Hypnose : mon formateur de toujours.

Ma plus grande expérience, même si cela peut surprendre, restera toujours la rue. A raison de 5 à 10 séances chaque samedi après-midi place du Capitole à Toulouse, pendant près de 10 ans, cela commence à faire un sacré paquet de séances d’hypnose. Avec des profils uniques, des difficultés chaque fois renouvelées, j’ai appris plus dans la rue que je n’apprendrai jamais en formation, grâce aux retours constructifs de chacun de mes volontaires. De l’émerveillement, échangé contre de l’expérience. Gagnant-gagnant.

L’accompagnement par l’hypnose

Depuis début 2015, je réponds quotidiennement à des demandes de personnes souhaitant que je les accompagne dans une reprise de contrôle de leur corps et de leur esprit. Sous la supervision de collègues psychologues et médecins, j’ai entrepris d’aider mon prochain, en ayant toujours en tête de respecter l’écologie et la volonté de leur inconscient. Je ne soigne pas, je ne guéris rien. J’aide juste les inconscients (le corps) à s’exprimer, et ensuite tout ce petit monde rentre en négociation jusqu’à trouver les bons compromis.
Fonctionnant uniquement par un bouche à oreille pour l’instant très positif, je remplis en moyenne deux rendez-vous par jour en semaine, ce qui me convient parfaitement. Par choix, je ne souhaite pas pratiquer l’accompagnement par l’hypnose à temps plein.

Prestations proposées

Prestations

De nombreuses saveurs à déguster

Recherches

Recherches

Revisiter les travaux des plus grands, ma passion

Depuis mes débuts, j’ai adhéré à la vision de plusieurs experts qui sont devenus mes mentors : Milton Erickson, Ernest Rossi et Pierre Janet. Chacun avec ses particularités, ils m’ont apporté une vision différente et complémentaire de l’hypnose.

La majorité des praticiens se revendiquent du courant de l’hypnose Ericksonienne, par phénomène de mode. Parmi tous ceux-là, combien ont seulement étudié et mis en pratique l’intégrale des articles de Milton H. Erickson sur l’hypnose (The Collected Papers of Milton H. Erickson on Hypnosis) ? Je me demande même souvent combien d’entre eux ont même ne serait-ce que survolé ou lu ces œuvres… De formateurs à élèves, on enseigne l’hypnose Ericksonienne à la manière du téléphone Arabe et on en perd toute l’essence.

Ces chefs d’œuvres sont au cœur de ma pratique.

1 – Milton Erickson

L’intégrale des articles de Milton Erickson regorge de petites perles permettant de mieux comprendre le fonctionnement de l’hypnose. Et je me régale de mettre à l’épreuve chacune des expériences menées par ce personnage historique. Et plus je mets en pratique, plus je me rends compte que chaque phrase compte.

L’hypnose profonde est le niveau d’hypnose qui permet aux sujets de fonctionner directement à un niveau inconscient et de manière adaptée, sans interférence de l’esprit conscient. En transe profonde, des bons sujets non entraînés se trouvent incapables de parler sans s’éveiller. Ils savent depuis toujours que parler se fait à un niveau conscient et ils ne réalisent pas qu’il est possible de parler à un niveau purement inconscient. On doit souvent apprendre aux sujets à prendre en compte leurs aptitudes à bien fonctionner, que ce soit à un niveau conscient ou à un niveau inconscient. C’est pourquoi l’auteur a si souvent insisté sur la nécessité de consacrer de quatre à huit heures, ou même plus, à induire des transes et à entraîner les sujets à fonctionner de manière adéquate avant de se lancer dans une expérimentation ou une thérapie hypnotique.
L’intégrale des Articles de Milton H. Erickson sur l’Hypnose – TOME 1 – p.185

Petit recadrage intéressant par rapport à l’image moderne de l’hypnose qui doit être absolument instantanée et profonde. Quelquefois, il faut du temps… Et savoir prendre le temps.

Erickson a également entrepris de très nombreuses recherches sur les dangers de l’hypnose et voici ses conclusions :

Les résultats montrèrent qu’aucune procédure expérimentale ne put inciter des sujets hypnotiques à exécuter, en réponse à une suggestion hypnotique, des actes de nature répréhensible[…]. Au lieu d’obéir et d’apporter leur adhésion à l’hypnotiste d’une manière aveugle, soumise, automatique, irréfléchie,… les sujets firent preuve d’une grande aptitude et d’une grande compétence pour se protéger eux-mêmes, pour porter rapidement un jugement critique sur la suggestion, pour se dérober aux instructions ou même les rejeter en bloc. Ils manifestaient leur mécontentement… que l’hypnotiste ait voulu faire d’eux des instruments… En outre, beaucoup se montrèrent tout à fait capables de reprendre le contrôle de la situation hypnotique en obligeant l’expérimentateur à faire amende honorable pour ses suggestions inadmissibles… Au vu de ces résultats expérimentaux, nous pouvons donc conclure que l’hypnose ne peut pas être détournée pour inciter des personnes hypnotisées à commettre pour de bon des actes illicites contre elles-mêmes ou contre autrui,  et que le seul risque sérieux rencontré dans de telles tentatives est encouru par les hypnotiseurs qui s’exposent à être condamnés, rejetés ou démasqués.
L’intégrale des Articles de Milton H. Erickson sur l’Hypnose – TOME 1 – p.613

Aujourd’hui nous parlons de transes hypnotiques profondes sans trop savoir ce que l’on y met derrière. C’est un domaine que j’étudie avec passion et beaucoup d’investissement personnel.

Ce n’est que pour faciliter la conceptualisation que les transes profondes peuvent être classées en (a) somnambulique et (b) stuporeuse. Chez des sujets bien entraînés, le premier type de transe se caractérise par l’apparence éveillée du sujet qui semble fonctionner de manière adaptée, libre, et correcte dans l’ensemble de la situation hypnotique, d’une manière semblable à celle d’une personne non hypnotisée, dans son état habituel de conscience.
La transe stuporeuse se caractérise avant tout par un comportement passif, marqué par un ralentissement psychologique et physiologique.

Manquent ici les comportements spontanés et les initiatives si caractéristiques de l’état somnambulique quand on les laisse se produire. On retrouve volontiers une persistance marquée des réponses incomplètes, et une perte de la capacité à prendre conscience du moi. Des collègues médecins à qui l’auteur a demandé d’examiner des sujets en transe stuporeuse, sans leur dire que le sujet était en état hypnotique, ont souvent conclu à un état probablement dû à la prise de narcotiques. Selon l’expérience de l’auteur, l’état stuporeux est difficile à obtenir chez bien des sujets, semble-t-il en raison de leur refus de perdre leur conscience d’eux-mêmes en tant qu’individus.
L’intégrale des Articles de Milton H. Erickson sur l’Hypnose – TOME 1 – p.187 – 188

Nous sommes aujourd’hui dans un pays où l’hypnose est réduite à de la relaxation guidée, un semblant de transe stuporeuse légère, avec des protocoles (scripts / stratégies) tirés des pratiques de Bandler & Grinder (programmation neuro-linguistique), bien loin de la mise en application de ces deux types de transes profondes, utiles, défendues par Erickson lui-même tout au long de ses différentes expérimentations.

2 – Pierre Janet, de la compréhension de la structure de notre personnalité à travers l’étude de l’hypnose.

Il est difficile d’étudier les écrits de Pierre Janet, qui représentent avant tout une approche médicalisée des phénomènes psychologiques pathologiques. Pourtant, le jeu en vaut la chandelle. Et les liens avec l’hypnose moderne sont tout à fait justifiés.

Je recommande notamment l’ouvrage intitulé “L’automatisme psychologique” qui résume bien la vision de l’auteur. Il y a aussi de très nombreuses idées chez Janet que je ne partage pas, de part son approche uniquement médicale et les conclusions un peu trop généralisatrices qu’il tire de l’étude de personnes hystériques. En revanche, je cherche toujours à m’en inspirer pour mieux comprendre ma pratique.

Pierre Janet explique comment, par de simples automatismes provoqués (catalepsies, mouvements idéomoteurs et écriture automatique), il est possible d’endormir la personnalité ordinaire et de construire (ou de laisser s’exprimer) une personnalité secondaire tout à fait intéressante (ce que nous appelons aujourd’hui “inconscient”).

Nous ne sommes plus en présence d’une catalepsie partielle où les actes sont simplement déterminés par une sensation ou une image ; nous sommes plutôt, comme nous le verrons, en présence d’un somnambulisme partiel, où les actes sont déterminés par des perceptions intelligentes. Le sujet ne répète pas les paroles, il les interprète et les exécute ; il y a donc là de l’intelligence qu’il est assez facile de manifester de différentes manières. Ainsi je commande à Léonie de lever le bras, non pas immédiatement, mais quand j’aurai frappé dix fois dans mes mains. Je frappe dans mes mains, et, au dixième coup, le bras se lève. Tout cela a été pour elle inconnu, le commandement, le bruit des coups dans mes mains, et l’acte lui-même: il y a ici évidemment un phénomène de numération inconsciente.
Allons plus loin, si nous ne voulons pas la faire parler sans qu’elle le sache, nous pouvons du moins la faire écrire ; je lui mets un crayon dans la main droite et la main serre le crayon, comme nous le savons ; mais, au lieu de diriger la main et de lui faire tracer une lettre qu’elle répétera indéfiniment, je pose une question : « Quel âge avez-vous ? Dans quel ville sommes-nous ici ?… etc. », et voici la main qui s’agite et écrit la réponse sur le papier, sans que, pendant ce temps, Léonie se soit arrêtée de parler d’autres choses. Je lui ai fait faire ainsi des opérations arithmétiques par écrit, qui furent assez correctes ; je lui ai fait écrire des réponses assez longues qui manifestaient évidemment une intelligence assez développée. Ce genre d’écriture est connu sous le nom d’écriture automatique.
L’automatisme Psychologique – 2e partie – p.106

S’il y a bien une chose que l’on retrouve systématiquement à la fois chez Erickson et Janet, c’est l’étude de l’écriture automatique. Un voyage passionnant à l’intérieur de notre univers inconscient. J’ai même créé une formation sur le sujet : l’hypnose expérimentale.

Pierre Janet, à la manière de Milton Erickson plus tard, défend l’idée que la transe somnambulique est avant tout un état d’éveil, contrairement à ce que la plupart des gens pensent.

Les somnambules disent qu’ils dorment parce qu’on leur a dit qu’on les endormait et que, dans la pensée populaire, magnétiser veut dire endormir. Il est même mauvais de trop répéter cela au somnambule, car il finit par se croire obligé de dormir réellement et prend une expression abrutie qui n’est pas indispensable.
L’automatisme Psychologique – 1e partie – p.106

Et que ce qu’appelle Erickson la “transe stuporeuse” semblerait similaire à ce que Janet décrit comme étant une “réduction du champ de conscience”.

Le champ de la conscience comme le champ visuel peut varier ; il n’est point le même chez tous les individus, ni à tous les moments de la vie chez un même homme. Entre un individu cataleptique n’ayant, comme nous l’avons montré, qu’une seule image à la fois et un chef d’orchestre entendant simultanément tous les instruments, voyant les acteurs, et suivant, par la mémoire ou par la lecture, la partition de l’opéra, il y a tous les degrés possibles. Les degrés inférieurs nous intéressent le plus en ce moment, car il est facile de montrer que les individus suggestibles ont un champ de conscience très rétréci et que ce caractère joue un grand rôle dans les modifications de leur volonté.
La conscience peut donc, à chaque moment de la vie, s’étendre sur un champ plus ou moins étendu ; chaque fois que nous voyons chez une personne l’obéissance aux suggestions, ou mieux les oublis et les distractions auxquelles cette disposition a été ramenée, nous constatons en même temps chez elle un rétrécissement notable du champ de la conscience et une diminution manifeste du nombre des phénomènes simultanés qui peuvent à chaque instant remplir l’esprit.
L’automatisme Psychologique – 1e partie – p.148-150

3 – Ernest Rossi, à la redécouverte des méthodes de communication avec l’inconscient.

Mind-body therapy – Methods of ideodynamic healing in hypnosis, par Ernest Rossi et David Cheek. Je ne sais absolument pas s’il existe une traduction de cette oeuvre en français. En revanche, ce dont je suis sûr, c’est qu’il y a là toute la base de mon travail en hypnothérapie. Si vous souhaitez savoir comment je fonctionne lors d’une séance d’accompagnement sous hypnose, ce livre résume en grande partie mon approche.

Je vous donnerai à chaque fois la référence du livre en anglais dès que je cite Rossi, et me permettrai de ne mettre ici que ma traduction personnelle et non exhaustive.

La méthode de communication corps-esprit et de soin par l’hypnose, qui correspond au signaling idéomoteur d’un membre qui bouge, a évolue vers une approche de psychothérapie à la fois sûre et flexible. Cette méthode est une excellente introduction pour les patients à une forme d’hypnothérapie moderne, permissive et orientée vers le domaine de la psychobiologie.
Mind-Body Therapy – Methods of ideodynamic healing in hypnosis – p.9

Ce que j’ai beaucoup apprécié dans cet ouvrage, c’est à quel point la personne hypnotisée est placée au niveau de collaborateur, et tout le pouvoir du changement est placé dans le corps et la communication avec ce dernier. Les perspectives de pratique et d’exploration sont ensuite infinies.

Puisque la plupart des questionnements demandant des réponses inconscientes requièrent un état de concentration ou une légère transe, le thérapeute peut être certain que l’attention consciente du patient est régulièrement posée sur le fait de connaître la réponse à venir. Ce questionnement permet au processus guérisseur de l’inconscient d’opérer plus librement, sans les habituelles limitations du conscient. Les signaux idéomoteurs sont un outil thérapeutique très efficace parce qu’ils permettent de ré-associer, réorganiser et recadrer certains apprentissages et compréhensions de façon optimale pour résoudre les problèmes.
Cela nous amène à définir un rôle clair du thérapeute comme étant un facilitateur permettant aux capacités de guérison du patient de s’exprimer.
Mind-Body Therapy – Methods of ideodynamic healing in hypnosis – p.78

Rossi est surtout connu pour être un collègue de Milton Erickson. Il est devenu récemment pour moi une source d’inspiration de par ses travaux et recherches sur les mouvements idéomoteurs et la possibilité de leur utilisation pour communiquer avec l’inconscient plus efficacement.

Compétences
Et si l’hypnose façon Erickson, Janet et Rossi pouvait se résumer à la réduction du champ de conscience ordinaire dans le but de mieux faire accepter les suggestions de construction d’un inconscient plus intelligent (et évolué) qui mettra lui-même en place les meilleures solutions pour la personne hypnotisée ?

Mes outils

L’hypnose appliquée, façon Jean-Emmanuel

Voici un condensé des techniques avec lesquelles j’excelle le plus. Je ne suis ni médecin, ni psychologue, ni infirmier, et c’est autant une faiblesse qu’une force. J’en ai parfaitement conscience, et me positionne comme un facilitateur et non un expert. J’apporte un regard nouveau sur une pratique ancestrale et je me laisse porter là où le vent m’amène pour transmettre ma façon de faire et renouveler la pratique d’hypnotiseurs de tous horizons en manque de résultats.
INDUCTIONS RAPIDES ET INSTANTANÉES 85%
CLEAN LANGUAGE (David Grove) 70%
SOUS-MODALITÉS (Programmation Neuro-Linguistique) 80%
COMMUNICATION INCONSCIENTE (signaling, écriture automatique, etc.) 99%
PHÉNOMÈNES HYPNOTIQUES (mouvements idéomoteurs, catalepsies, amnésies, hallucinations…) 99%
TRANSE STUPOREUSE ET SOMNAMBULIQUE (Milton Erickson et Pierre Janet) 88%
Pour toute demande de collaboration

CONTACT

RÉPONSE EN MOINS DE 48h

Que ce soit pour un projet de partenariat, de formation ou pour toute autre demande, je vous invite à utiliser le formulaire de contact présent ci-dessous. Je réponds personnellement à tous les e-mails reçus.